Août 2016 : La Colombie-Britannique sera l’hôte du 26e PFCNO


Du 10 au 13 novembre 2016, la Colombie-Britannique aura l’honneur de recevoir la 26e édition du Parlement franco-canadien du Nord et de l’Ouest (PFCNO)!

Depuis plus de 25 ans, cet événement rassemble une soixantaine de jeunes d’expression française âgés de 16 à 25 ans provenant du Manitoba, de la Saskatchewan, de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Yukon, du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest. Il s’agit d’un événement mobile, organisé par une province différente chaque année.

La prochaine édition sera organisée par le CJFCB, qui pourra compter sur l’aide d’un dynamique et ambitieux cabinet composé de :
Première Ministre: Isabelle Cliche (Colombie-Britannique)
Président: Jacques de Moissac (Manitoba)
Vice-premier-ministre/Chef du Tiers-parti : Mathieu Jubinville (Manitoba)
Vice-Président/Chef de l’Opposition: Arielle Morier-Roy (Manitoba)
Leader de la chambre: Katrina Leclerc (Colombie-Britannique/Manitoba)

Ministres recherchés

Le cabinet a tout récemment lancé l’appel aux candidatures pour les ministres du PFCNO 2016. Jusqu’au 11 septembre, les jeunes âgés de 16-25 ans qui sont amateurs de parlements jeunesse et qui ont de grandes idées pour améliorer la société autour d’eux sont invités à soumettre leurs projets de loi à l’adresse [email protected]. La procédure d’application pour devenir un ministre est disponible sur ce lien.

Les jeunes qui souhaitent participer à l’événement, sans nécessairement vouloir le faire en tant que ministre, pourront soumettre leur candidature comme député ou journaliste à partir de la mi-septembre. L’ouverture des inscriptions sera annoncée sur la page Facebook du Conseil jeunesse.

Retour sur la 25e édition

L’an dernier, c’est Yellowknife qui recevait cet événement interprovincial. Huit délégués de la Colombie-Britannique y ont participé et ont débattu sur différents sujets, tels :
– L’imposition de quotas sur l’utilisation des médias sociaux;
– La mise en place d’un service militaire obligatoire au profit de l’Organisation des Nations Unies;
– L’accroissement des pouvoirs du SCRS (Service canadien du renseignement de sécurité) dans le but de contrer les activités des organisations terroristes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire canadien.
– L’interdiction d’avoir des enfants sans préalablement avoir obtenu un permis parental.
Inutile de préciser que ces propositions ont provoqué une vague de protestations parmi les jeunes députés!

Si vous souhaitez en savoir plus, consultez la page du PFCNO sur notre site Internet.

Partage-le!

Reçois notre infolettre