Octobre 2016 : Sophie Brassard, présidente du Conseil jeunesse, élue vice-présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française


La présidente du Conseil jeunesse francophone de la C.-B. (CJFCB), Sophie Brassard, a été élue vice-présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF) lors de l’assemblée générale de l’organisme qui s’est tenue le 18 septembre 2016 à Ottawa (Ontario). L’occasion de revenir sur son parcours inspirant et l’engagement des jeunes dans des instances communautaires.

Tu es très engagée pour ta communauté et les jeunes franco-colombiens, peux-tu nous présenter ton parcours ?
J’ai entendu parlé du CJFCB en 8ème année quand mon grand frère m’a parlé du Parlement jeunesse et m’a dit que je DEVAIS y aller parce qu’il avait tellement aimé ça. Donc je suis allée l’année d’après et moi aussi j’ai adoré ça. Ça fait donc plus de 10 ans que je participe aux événements du Conseil jeunesse!
Après le secondaire, j’avais un manque de français dans ma vie, et j’ai continué à m’impliquer au Conseil jeunesse en tant que bénévole pendant leurs événements. Je suis par la suite devenue membre du conseil d’administration en tant qu’administratrice de mon groupe d’âge (19-25 ans). Il y a un peu plus d’un an, j’ai été élue comme présidente du CA et d’un même coup je suis devenue impliqué au niveau national en tant que représentante de ma province. Finalement, le mois dernier, j’ai été élue vice-présidente à la Fédération de la jeunesse canadienne-française.
Je suis très heureuse d’avoir été élue au CA du Conseil jeunesse à 19 ans parce que mon engagement a dirigé le parcours des cinq dernières années de ma vie, dans une direction très positive et enrichissante.

Quelles sont tes principales responsabilités dans le cadre de tes mandats ?
Au niveau provincial, comme dans les années précédentes, c’est de travailler avec le reste du CA pour développer la vision et les politiques du CJFCB ainsi que d’assurer la présence et l’implication des jeunes d’expression française de la Colombie-Britannique au niveau provincial, interrégional et national.
Dans le cadre de mon nouveau mandat de vice-présidente à la FJCF, mes tâches sont similaires, mais au niveau national. Même si je continue la belle tradition d’avoir un membre de la Colombie-Britannique au bureau de direction de la FJCF (après Shadie Bourget et William Quesnel), mon mandat est maintenant plutôt de représenter tous les jeunes francophones et francophiles du Canada et non juste les membres du Conseil jeunesse de la Colombie-Britannique.

Au niveau provincial et national, il y aura plusieurs projets intéressants qui se passeront dans la prochaine année sur lesquels les jeunes vont travailler. En Colombie-Britannique, en plus de nos événements annuels, nous accueillerons fièrement le Parlement franco-canadien du Nord et de l’Ouest à Victoria en novembre prochain! Au niveau de la Fédération, ce sera aussi une année chargée parce qu’il y aura le Forum jeunesse pancanadien en hiver ainsi que les Jeux de la francophonie canadienne à Moncton l’été prochain! Donc, même si cela va être beaucoup de travail, je crois que ça va être une très belle année.

D’après ton expérience, comment pourrait-on mieux faire entendre la voix des jeunes au sein de la communauté francophone en Colombie-Britannique?
D’une part, d’avoir des jeunes impliqués dans la gouvernance des organismes communautaires, comme Shadie Bourget, par exemple, qui est présidente de La Boussole à Vancouver. C’est donc aux organismes de chercher activement ces jeunes mais aussi aux jeunes d’être confiants et de se présenter pour ces postes. Plus généralement, il faut reconnaître et respecter la voix des jeunes de notre communauté. De leur poser des questions et de leur accorder la parole sur pleins de sujets, de les écouter quand ils parlent et de leur faire confiance quand ils prennent des rôles de leaders.

Partage-le!

Reçois notre infolettre